Paul Sauveplane (Alan) : “Nous réfléchissons à nous ouvrir à un troisième pays”

Fraîchement désigné lauréat du programme French Tech Next 40, l’assureur santé Alan est aujourd’hui, avec près de 550 salariés, l’une des principales scale-up françaises en santé. Elle entend bientôt compléter son bouquet de services “tout-en-un” en proposant sa solution Alan Mind à l’ensemble de ses adhérents. Sa culture d’entreprise en fait par ailleurs un ovni dans le monde du travail : flexibilité quasi totale, absence de managers, transparence généralisée… Son DRH Paul Sauveplane et Fabrice Staad, General Manager France, dressent un bilan de l’activité de l’insurtech et reviennent sur son mode d’organisation particulier.

Par Antoine Piel. Publié le 12 avril 2023 à 12h14 - Mis à jour le 12 avril 2023 à 12h16
Paul Sauveplane - Fabrice Staad

Quel bilan tirez-vous de votre activité de téléconsultation et, plus largement, de toutes vos solutions d’e-santé ?

Fabrice Staad : Notre approche de l’e-santé est centrée sur deux thèmes. Le premier est celui de l’accès efficace au soin qui devient primordial dans un système de soin saturé. Avec la Clinique Alan, nos membres peuvent échanger de façon rapide et confidentielle avec plus d’une trentaine de professionnels de santé pour s’orienter efficacement et recevoir un premier avis. La combinaison de l’“Alan Map” qui permet la recherche de professionnels pour des consultations physiques et de notre partenaire de téléconsultation Livi permet d’assurer un passage de relais avec le système de soins. 

Notre seconde priorité est la prévention individualisée, qui rend possible la confiance de la majorité de nos membres dans l’extension de l’usage de leurs données d’assurance à un usage préventif ainsi que par l’utilisation régulière de notre application. Nous avons suffisamment de recul désormais pour voir que les membres exposés à nos campagnes de rappels dentaires individualisés vont plus souvent chez les dentistes. Nous enrichissons notre palette de thématiques de prévention (mal de dos, bien-être mental) pour étendre l’impact préventif de la sphère privée à la sphère professionnelle.

Où en êtes-vous de votre bouquet de services “tout-en-un” et quelle offre allez-vous prochainement ajouter ?

FS : Nous voulons nous imposer comme le partenaire santé tout-en-un pour nos assurés et nous poursuivons notre travail en faveur de la prévention et de la démocratisation de l’accès à la santé.…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind