Les business angels, chevilles ouvrières de l’investissement en amorçage

Dans un contexte économique marqué par une baisse des financements et par la prudence des grandes sociétés d'investissement, les business angels, dont les investissements continuent à croître, restent actifs sur les segments du pré-amorçage et de l'amorçage. Même si leurs capacités financières sont sans commune mesure avec celles du capital-risque, ces acteurs de l’ombre se professionnalisent et contribuent à la vitalité de l’écosystème de l’innovation.

Par Romain Bonfillon et Antoine Duroyon. Publié le 03 avril 2024 à 12h07 - Mis à jour le 04 avril 2024 à 16h13
Business Angels
Les points clés
La France compte aujourd’hui quelque 5 400 business angels qui appartient pour la plupart à l’un des 64 réseaux que compte le pays.
Positionnés sur les phases de pré-amorçage et d’amorçage, les business angels ont historiquement contribué à pallier le relatif manque d’intérêt des fonds de capital-risque.
Les réseaux de business angels se professionnalisent et investissent de plus en plus via un SPV. Une évolution récente de la fiscalité vise à soutenir leurs activités.

Si les sommes levées en 2023 par les start-up et scale-up de la finance se sont effondrées (728,4 millions d’euros récoltés contre 2,2 milliards d’euros en 2022, selon le baromètre mind Fintech-eCAP PARTNER), les investissements des business angels ont continué à croître, comme en témoignent les derniers chiffres de France Angels. Selon l’association, qui regroupe 64 réseaux de business angels en France, les sommes investies en 2023 sont en hausse (50,1 millions d’euros contre 44,2 millions d’euros en 2022) tout comme le nombre d’opérations (441 contre 394 en 2022). 

Le numérique au sens large est le secteur dans lequel les business angels (BA) investissent le plus : il représente 34 % des montants investis, devant la santé (25 %). InsurAngels est le premier réseau thématique dans le secteur financier. Lancé courant 2023, il entend faciliter le développement de start-up positionnées sur l’assurance et devait boucler son premier investissement fin mars 2024, indique son président Olivier Montin.

Source : France Angels, bilan 2023 de l’activité des business angels

Raphaël Guiraud est délégué général de Paris Business Angels (PBA), le second plus gros réseau français de business angels qui compte 150 membres.…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Les start-up et scale-up françaises de la finance ont levé moins d’un milliard d’euros en 2023

La plateforme de crowdequity Crowdcube rachète le Français Semper

Laboratoire
Dossier

Le crowdfunding, une source non négligeable de financements pour les start-up de la e-santé