TEST 15 JOURS

Romain Railhac et Quentin Jonas (PSG) : “Les acquisitions permettent de créer des effets d’échelle et des acteurs diversifiés”

Depuis 2019, la société d’investissement américaine PSG a répliqué son modèle tourné vers le software et la technologie BtoB en Europe. Son principal fait d’armes dans l’Hexagone reste le rachat de la plateforme d’open finance Powens. Romain Railhac et Quentin Jonas, tous les deux directeurs exécutifs chez PSG, détaillent le positionnement et la stratégie de cet acteur majeur du growth equity. 

Par Antoine Duroyon. Publié le 17 janvier 2024 à 15h00 - Mis à jour le 19 janvier 2024 à 14h10

PSG Equity est un acteur relativement nouveau dans le paysage des investisseurs professionnels en Europe. Quel est son positionnement ?

Romain Railhac : Née à Boston, PSG Equity (PSG) est une société de capital-développement (growth equity) dont la spécialité consiste à investir dans des éditeurs de logiciels et des sociétés technologiques tournés vers les entreprises. PSG a commencé à opérer en Europe mi-2019. Son parti pris est d’acquérir des parts, le plus souvent majoritaires, dans des sociétés qui génèrent entre 10 et 50 millions d’euros de chiffre d’affaires afin de les aider à croître de manière structurée et pérenne. Nous leur amenons bien sûr des ressources financières mais pas seulement.

Quels sont vos axes de différenciation ?

RR : J’en vois principalement deux. Le premier consiste à apporter un soutien opérationnel. Les sociétés dans lesquelles nous investissons ont généralement entre quatre et dix ans. Elles ont établi une solide proposition de valeur et ont trouvé leur “product market fit”,…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Partech lance un fonds de venture de 360 millions d’euros

Confidentiel

[Info mind Fintech] BlackFin Capital Partners boucle son deuxième fonds fintech à 400 millions d'euros

Quelles sont les perspectives de sortie pour les investisseurs des plus grosses fintech européennes ?