TEST 15 JOURS

Nickel se tourne vers l’Europe pour tirer sa croissance

Nickel s’est lancée dans quatre pays depuis 2020 mais enregistre encore la quasi-totalité de ses revenus en France. La néobanque de BNP Paribas, qui revendique 3,7 millions de clients dont 3,6 millions en France, veut désormais accélérer son développement en dehors de ses frontières domestiques.

Par Aude Fredouelle. Publié le 07 février 2024 à 16h54 - Mis à jour le 07 février 2024 à 17h03

Nickel représente incontestablement la “success story” des néobanques BtoC françaises. La société lancée en 2014, rachetée par BNP Paribas en 2017 et rentable depuis 2018, fait en effet figure d’exception aux côtés de ses consoeurs créées dans l’Hexagone. Certaines sont déjà fermées, à l’image de Morning, C-Zam (Carrefour), l’Allemande passée sous le giron de BPCE Fidor, Pumpkin et Aumax pour moi (Crédit Mutuel Arkéa) et des néobanques pour ados Vybe et Xaalys. D’autres sont en passe de l’être, notamment Orange Bank et Ma French Bank (La Banque Postale). En 2023, Nickel a enregistré un produit net bancaire (PNB) de 163 millions d’euros (contre 121,8 millions en 2022) pour un résultat net de 36 millions d’euros (contre 542 000 euros en 2023, année marquée par de lourds investissements à l’étranger).

5,5 millions de clients en Europe d’ici fin 2025

Nickel doit cependant encore remporter le défi de l’international. La néobanque s’est lancée en Espagne mi-2020,…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Hello Bank! a acquis 463 000 nouveaux clients en 2023

Applis mobiles bancaires : les challengers perdent progressivement leur avance

Nickel augmente ses tarifs