TEST 15 JOURS

Comment les fintech spécialistes du transfert d’argent fidélisent leurs clients

Wise, Remitly, WorldRemit… Les remtech les plus anciennes sont arrivées sur le marché du transfert d’argent il y a déjà une douzaine d’années. Tarification, acquisition, diversification, fidélisation… mind Fintech passe en revue leurs stratégies pour attirer et conserver les nouveaux clients sur leurs plateformes.

Par Caroline Soutarson. Publié le 22 novembre 2023 à 16h22 - Mis à jour le 23 novembre 2023 à 14h20
Wise app
Les points clés
Les premières fintech spécialistes du transfert d’argent connaissent à présent une certaine notoriété. Mais malgré des taux de croissance encore à deux chiffres, elles n’ont pas nécessairement atteint la rentabilité.
Remitly dispose de budgets marketing quatre fois plus élevés que ceux de Wise (ex-Transferwise).
L’heure est à la diversification produit. Moni et Mama Money misent sur l’assurance, tandis que Wise s’essaie à l’investissement.

“Au deuxième trimestre 2023, le coût moyen mondial d’un transfert d’argent s’élevait à 6,2 %”, selon un rapport de la Banque mondiale paru en juin. Un taux moyen qui a perdu près de trois points de pourcentage en douze ans, depuis l’arrivée des remtech (contraction de “remittance” et de “technology”) sur le marché au début des années 2010.

Source : Banque mondiale

Les WorldRemit, Wise (ex-Transferwise), Remitly (ex-Beamit), Azimo ou encore, TransferGo se sont lancés avec cet objectif de rendre les transferts d’argent moins coûteux, mais aussi plus rapides et plus simples et y parviennent chaque année un peu plus. Une progression est encore attendue par l’ONU dans le cadre des Objectifs de développement durable (ODD ou SDG en anglais) pour atteindre un coût cible de 3 % à horizon 2030.

Diminuer les coûts liés au transfert d’argent

Pour réduire les coûts, les remtech ont dû revoir l’ensemble de la chaîne de valeur du transfert d’argent telle que l’ont édifiée les acteurs historiques Western Union, MoneyGram ou encore Ria Money Transfer, ainsi que les banques traditionnelles. “Le marché a connu des changements significatifs, surtout au cours des vingt dernières années avec l’arrivée du numérique et d’une législation accommodante, rappelle Guillaume Yribarren, directeur adjoint de l’activité conseil du cabinet Galitt. D’abord par les opérateurs télécoms et les services de mobile money, qui ont permis aux individus d’échanger des minutes de téléphonie prépayée, transformant les téléphones mobiles en un moyen concret de transfert d’argent à l’échelle internationale. Ensuite, par les fintech qui sont arrivées avec des offres digitales”

La combinaison de moindres coûts réglementaires et immobiliers, en se passant d’un réseau d’agences physiques, a en effet aidé les remtech à se lancer sur le marché. Pour compenser les agences de proximité des acteurs historiques, WorldRemit et Remitly ont noué des partenariats à l’international avec des retailers, banques et réseaux de wallets mobiles. Les Britanniques Wise et Atlantic Money ont eux fait une croix sur la gestion des espèces et s’adressent davantage aux CSP+ bancarisés dans les pays développés. “Nos clients particuliers sont des expatriés, des étudiants à l’étranger, des personnes qui souhaitent acheter une maison à l’étranger, qui envoient de l’argent à leur famille ou qui voyagent énormément, etc.”, énumère Julie Arnoux, directrice commerciale Europe de Wise Platform, la solution de Transfer-as-a-Service de Wise à destination des établissements financiers. 

Le réseau de paiements singulier de Wise

Wise a décidé de changer les règles du jeu pour les transferts d’argent entre pays aux taux de bancarisation élevés.…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Paiements internationaux en cryptoactifs

Promesses et réalités du paiement en cryptoactifs

Wise suspend de nouveau l'onboarding des clients entreprises

Atlantic Money

Atlantic Money s'invite sur le marché français du transfert d'argent

Transfert d'argent : Santander ferme l’application PagoFX