TEST 15 JOURS

Le transfert technologique s’améliore, malgré des mécanismes longs

Le transfert technologique n'est pas toujours bien vécu par les primo-entrepreneurs issus du monde académique. Selon une enquête menée en 2023 par France Biotech et KPMG, les choses tendent à s'améliorer. Les relations entre les entreprises en santé et les OTT gagnent en fluidité à mesure que les acteurs aiguisent leurs techniques de négociation.

Par Clarisse Treilles. Publié le 25 janvier 2024 à 17h21 - Mis à jour le 29 janvier 2024 à 10h50

France Biotech a présenté, mardi 23 janvier, les résultats de la 3e édition de son Observatoire sur le transfert de technologie en santé. L’initiative, opérée par le cabinet KPMG, réunit également l’Agence de l’Innovation en santé et Bpifrance, qui constituent des interlocuteurs privilégiés auprès des acteurs qui réalisent un transfert technologique pour trouver un bon partenaire, établir un contrat public/privé ou financer un projet.

Sur les 249 accords de licence signés au cours des deux dernières années en France, la plupart (174) émanent de PME déjà établies. Bien qu’en 2023, le nombre d’accord de licence en santé soit en légère augmentation par rapport à 2020 (date du précédent observatoire), l’échantillon des répondants est plus resserré cette année : 33 PME/ETI et 22 Organismes de Transfert de Technologies (OTT) ont répondu au questionnaire que le groupe de travail de France Biotech leur a adressé.…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind