TEST 15 JOURS

Ruptures d’approvisionnement : le Leem fait de nouvelles propositions

Face à l’augmentation croissante des tensions et ruptures d’approvisionnements de médicaments, le Leem (Les entreprises du médicament) a proposé le 11 mai une série d’actions à mettre rapidement en œuvre. Le syndicat des industriels entend ainsi apporter sa contribution à la construction de la feuille de route interministérielle 2023-2025 destinée à lutter contre les pénuries de médicaments. Cette dernière doit voir le jour fin juin 2023.

Par Romain Bonfillon. Publié le 12 mai 2023 à 15h36 - Mis à jour le 12 mai 2023 à 15h36

Un contexte défavorable

En 2022, le nombre de signalements à l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du médicament et des produits de santé) de ruptures et risques de ruptures de médicaments était de 3747 (contre 2160 en 2021). “Et la situation ces derniers mois et ces dernières semaines n’a fait que s’aggraver”, observe Thierry Hulot, président du Leem, qui identifie au moins cinq clés d’explication : 

  • une hausse mondiale régulière de la demande qui traduit à la fois le vieillissement des populations et un accès plus large de la population mondiale à de meilleurs soins ;
  • la complexification des traitements eux-mêmes. “Notre principal traitement anticancéreux, rappelle Thierry Hulot (qui est également président de Merck France, ndlr), contient une centaine d’ingrédients, exige 20 étapes de production et implique 10 sites industriels différents” ;
  • la concentration des fournisseurs de matières premières ou d’excipients : certains traitements, notamment les biomédicaments, sont fabriqués en dehors de l’Europe ; …

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind