TEST 15 JOURS

Amende de 60 millions d’euros par la Cnil : Criteo dénonce une position “anti-publicité en ligne”

Accusée depuis 2020 de multiples violations du RGPD, la société adtech, entendue jeudi 16 mars au siège de la Cnil, conteste la plupart des arguments du rapporteur sur sa responsabilité dans le mauvais recueil du consentement des utilisateurs et dénonce une amende disproportionnée.

Par Paul Roy. Publié le 16 mars 2023 à 18h20 - Mis à jour le 21 mars 2023 à 15h54

Près de neuf mois après la proposition du rapporteur de la Cnil d’infliger 60 millions d’euros d’amende à Criteo pour violation du RGPD, la société adtech a pu présenter ses arguments de défense lors d’une audience libre dans les locaux de l’Autorité jeudi 16 mars. 

La proposition du rapporteur faisait suite à deux plaintes, dont une déposée par l’association Privacy International en 2018 contre plusieurs sociétés adtechs et fournisseurs de données : Acxiom, Oracle, Quantcast, Tapad et Criteo, ainsi que deux agences de référencement de crédit, Equifax et Experian. 

A l’issue de son enquête, le rapporteur a déterminé une série de violations du RGPD, rappelées lors de l’audience. Selon ses conclusions,…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

La Cnil veut “accompagner les entreprises à fort potentiel” économique et numérique

Entretiens

Paul Ouvrard-Arnaud (dentsu France) : "La sanction de la DPC irlandaise contre Meta est un vrai séisme pour le secteur publicitaire"

Le CEPD harmonise en partie les CMP en Europe

Le rapporteur de la CNIL pris en défaut sur le RGPD

La Cnil crée un pôle dédié à l’intelligence artificielle

Le rapporteur de la Cnil veut sanctionner Criteo d'une amende de 60 millions d'euros