TEST 15 JOURS

LinkedIn est-il un complément crédible dans la distribution de contenus ?

Pour diversifier leurs sources de trafic et tenter de réduire leur dépendance à Facebook et Google, certains éditeurs regardent avec intérêt LinkedIn. Comment la plateforme se positionne-t-elle vis-à-vis des médias pour la distribution de contenus ? Quelle stratégie de publication adopter sur le réseau social professionnel ? Pour quels résultats ? mind Media a interrogé Les Échos, Prisma Media et Infopro Digital, ainsi que LinkedIn et les cabinets Largow et Semiocast.

Par . Publié le 02 mars 2018 à 11h35 - Mis à jour le 25 février 2021 à 10h36

Le 28 février, le média féminin américain LittleThings annonçait sur son site l’arrêt brutal de son activité. Créé en 2014, le site média explique cette décision par le changement d’algorithme annoncé à la mi-janvier par Facebook, qui aurait fait chuter son audience en provenance du réseau social de 75 % en un mois. Face au risque de dépendance envers une seule plateforme, les éditeurs tentent de diversifier leurs canaux de distribution.

LinkedIn semble un complément intéressant sur plusieurs aspects. Certains éditeurs n’ont d’ailleurs pas attendu les changements de Facebook pour développer leur présence sur LinkedIn via des pages d’entreprise diffusant leurs contenus. En France, les titres Capital et Management (Prisma Media), qui totalisent respectivement 177 943 et 66 144 abonnés, ont par exemple lancé leur page dès 2013. “Depuis que LinkedIn a racheté l’outil d’édition de contenu Pulse en 2013, il a adopté une stratégie assez offensive pour se positionner comme un puissant relais de contenus mais aussi comme un hébergeur de contenus”,…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind