TEST 15 JOURS

États-Unis : les lanceurs d’alerte bientôt récompensés ?

Un nouveau programme de dénonciation est en phase de test outre-Atlantique. Les lanceurs d’alerte pourraient bientôt être rémunérés en signalant des manquements au sein des entreprises et des institutions financières. 

Par Barbara Azais. Publié le 28 mars 2024 à 10h33 - Mis à jour le 28 mars 2024 à 17h05

Le 7 mars dernier, la procureure générale adjointe Lisa Monaco a annoncé le test d’un dispositif pilote destiné à mieux démasquer les manquements dans les entreprises. Notamment en récompensant les « whistleblower » (en français : les lanceurs d’alerte). C’est-à-dire les personnes signalant au ministère de la Justice d’éventuelles « fautes professionnelles importantes » survenues au sein d’une entreprise ou d’une institution financière. Ou encore une entreprise dénonçant un employé qui aurait enfreint la loi. « Nous identifions les malfaiteurs – particuliers et entreprises – et nous concentrons toute notre énergie à les faire répondre de leurs actes.…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.