TEST 15 JOURS

Italie : Manufactures Dior sous administration judiciaire pour “exploitation” des travailleurs dans la chaîne de sous-traitance

Le tribunal de Milan a décidé la mise sous administration judiciaire pour un an de Manufactures Dior Srl, société de maroquinerie contrôlée par Christian Dior Italia (groupe LVMH). En cause, l’exploitation de main-d'œuvre irrégulière dans sa chaîne de sous-traitance : la production était réalisée dans des ateliers aux pratiques en grande partie illégales, contrôlés par des entrepreneurs chinois en Lombardie. La décision judiciaire fait partie d’une enquête des forces de l’ordre milanaise sur le monde de la mode et du luxe, qui a déjà abouti au placement sous administration judiciaire d’autres filiales de grands groupes. 

Par Hélène Martinelli. Publié le 03 juillet 2024 à 14h17 - Mis à jour le 03 juillet 2024 à 15h18

“Utilisation et exploitation de main d’œuvre irrégulière et clandestine”, peut-on lire dans la décision du tribunal de Milan du 10 juin, qui place Manufactures Dior sous administration judiciaire (le nom de la société n’apparaît pas dans les documents). L’enquête menée par les carabiniers (gendarmes) pointe les défaillances dans la chaîne de sous-traitance, signalant que la maison-mère s’est montrée “incapable de prévenir et contrôler” l’exploitation des travailleurs dans la sous-traitance, en n’ayant pas mis en œuvre les mesures nécessaires à vérifier les conditions de travail réelles,…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.