Labels RH internationaux : comment choisir le mieux adapté à ses objectifs

Donner de la visibilité à la politique RH et/ou RSE de l’entreprise, renforcer sa marque employeur et sa crédibilité auprès des acteurs externes, s’engager dans une démarche d’amélioration continue de ses pratiques sociales, environnementales et de gouvernance… L’obtention d’un label présente de nombreux avantages. Toutefois, comment s’y retrouver dans la profusion des systèmes de notation qui abondent sur le marché ? mind RH a passé au crible les 9 labels RH et RSE généralistes les plus reconnus au niveau international afin de mieux cerner la finalité et la méthodologie propres à chacun.

Par Nathalie Tran avec Antoine Piel. Publié le 12 juillet 2023 à 15h54 - Mis à jour le 01 février 2024 à 10h41

Qu’ils évaluent la qualité des conditions de travail et la satisfaction des collaborateurs, le respect de l’égalité professionnelle ou l’ensemble des performances environnementales, sociales et de gouvernance, tous les labels RH et RSE généralistes internationaux répondent à un même objectif : attester les pratiques vertueuses d’une organisation. Ils représentent pour elle un gage de confiance vis-à-vis de ses clients et fournisseurs, un moyen d’attirer et fidéliser les collaborateurs, mais aussi de se démarquer de ses concurrents. “De plus en plus de personnes veulent travailler dans une entreprise qui a des valeurs. Si elles viennent aujourd’hui chez nous, ce n’est pas seulement pour faire de la finance, mais aussi pour travailler là où cela a un sens pour elles. Nos salariés sont fiers d’appartenir à une entreprise B Corp”, souligne Ebba Lepage, Group Head of Corporate Sustainability du gestionnaire de fortune et d’actifs Lombard Odier (2 720 collaborateurs), qui vient d’être re-certifié B Corp et a obtenu pour la deuxième fois, en 2022, le label Edge Move pour son engagement et les progrès réalisés en matière d’égalité femmes-hommes.

Label ou certification : de quoi parle-t-on ?

La certification fait référence à des normes émises par un organisme public, comme ISO. La procédure permet ainsi d’attester la conformité des pratiques et des engagements de l’entreprise à ces normes. Les labels, en revanche, engagent l’organisation à atteindre des critères précis. Ils répondent à un référentiel propre établi par un acteur public ou privé, une ONG par exemple comme B-Lab pour le label américain B Corp. Les labels peuvent être décernés après une démarche de certification ou non.

Un argument de recrutement

Les enjeux d’une labellisation peuvent être de taille, tout particulièrement sur un marché fortement impacté par la pénurie de candidats. Pour Krys Group, l’acquisition récente du label RSE Happy At Work* constitue “un atout de plus dans sa chasse aux talents”.…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.