TEST 15 JOURS

Avatar Medical, comment les avatars virtuels gagnent le bloc opératoire

Avatar Medical révolutionne l’imagerie médicale dans la pratique chirurgicale sur tout le parcours patient. Sa technologie, issue de 4 années de recherche entre l’Institut Curie et l’Institut Pasteur, crée des représentations 3D de patients à partir d’images médicales et exploite la réalité virtuelle pour faciliter les interventions chirurgicales. Xavier Wartelle, CEO d’Avatar Medical, livre à mind Health les dessous de la construction du projet, la stratégie de développement de la spin-off et ses réalisations à date.

Par Clarisse Treilles. Publié le 10 octobre 2023 à 22h05 - Mis à jour le 10 octobre 2023 à 16h14

La genèse

Xavier Wartelle, cofondateur et CEO d’Avatar Medical

Avatar Medical, spin-off de l’Institut Pasteur et de l’Institut Curie, a été fondéé à Paris en 2020 par une équipe française et américaine. Elle opère également aux États-Unis, où vit notamment Xavier Wartelle. La rencontre en 2019 entre Xavier Wartelle et Elodie Brient-Litzler (actuelle COO) a été déterminante. Cette dernière travaillait alors à l’Institut Pasteur avec Mohamed El Beheiry (actuel CTO) et Jean-Baptiste Masson (actuel CSO) autour du projet DIVA. “Ce projet initial avait pour objectif de faire de la visualisation de données de microscopie avancée en 3D et en réalité virtuelle” décrit Xavier Wartelle. Au contact du Pr Fabien Reyal, chirurgien à l’Institut Curie, la question posée était la suivante : Ne pourrait-on pas utiliser cette technologie pour voir des images médicales ? Pour tester la robustesse du projet, l’équipe nouvellement constituée a candidaté au dispositif i-Lab. “C’était un excellent exercice pour voir si nous étions capables de travailler ensemble, car nos parcours sont très différents. Nous avons passé cette phase de compatibilité avec succès” analyse Xavier Wartelle. Cette année-là, Avatar Medical a fait partie des 12 start-ups en e-santé lauréates de la 22e édition du concours i-Lab,…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind