TEST 15 JOURS

Iatrogénie et conciliation médicamenteuse, une course de fond pour l’innovation

La iatrogénie médicamenteuse, responsable de nombreuses hospitalisations et décès chaque année, est un phénomène complexe à endiguer. L’essor de logiciels et de solutions innovantes offre aux professionnels de santé et aux patients des moyens pour mieux monitorer les effets indésirables et améliorer la conciliation médicamenteuse.

Par Clarisse Treilles. Publié le 18 avril 2023 à 23h00 - Mis à jour le 09 janvier 2024 à 16h03

En dépit d’une vigilance accrue des pouvoirs publics et des professionnels de santé, la iatrogénie médicamenteuse est un phénomène complexe à maîtriser et à endiguer. Ce phénomène est encouragé par plusieurs facteurs, comme les prescriptions inappropriées, la nature imprévisible des interactions médicamenteuses, et le vieillissement de la population dans son ensemble.

La iatrogénie médicamenteuse est responsable de près de 200 000 hospitalisations chaque année, selon l’étude Iatrostat (récemment publiée) du réseau des centres régionaux de pharmacovigilance. L’étude, qui a été conduite en 2018, révèle que les accidents iatrogènes sont en augmentation près de dix ans après le rapport national sur la surveillance et la promotion du bon usage du médicament de Bernard Bégaud et Dominique Costagliola.

Parmi les 3 648 patients d’établissements publics hospitaliers intégrés dans l’étude Iatrostat, 8,5% d’entre eux étaient hospitalisés en raison d’un effet indésirable médicamenteux. En outre, le taux de mortalité après une hospitalisation pour un effet indésirable médicamenteux est estimé à 1,3%. Les personnes âgées, plus concernées par la polymédication, sont particulièrement à risque. Selon l’étude Iatrostat, la proportion d’hospitalisations est de 10,6% chez les personnes âgées de 65 ans et plus (contre 3,3% chez les enfants). Par ailleurs, un article paru dans le National Institutes of Health montre que la prévalence globale des prescriptions potentiellement inappropriées est estimée à 56,7% chez les personnes de 65 ans et plus.

Clément Goehrs, CEO de Synapse Medicine

“C’est un immense problème de santé publique” constate Clément Goehrs, ancien médecin de santé publique à l’origine du projet Synapse Medicine en 2017 aux côtés de Louis Létinier et d’Alicia Bel-Létoile.…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Start-up à la loupe

ExactCure : le médicament au plus près du patient

Posos lève près de 10 M€ pour simplifier et sécuriser la prescription médicale

Partenariat entre Calimed Santé et Synapse Medicine pour sécuriser les prescriptions