TEST 15 JOURS

Initiation de paiement : les plateformes d’open banking dressent un constat accablant

Une étude révèle que si les parcours bancaires sont satisfaisants pour l’accès aux informations des comptes de paiement (AIS), le taux de conversion des transactions d’initiation de paiement (PIS) ne dépasse pas 44 %. De quoi empêcher le développement de cas d’usage comme le paiement e-commerce par virement instantané.

Par Aude Fredouelle. Publié le 05 février 2024 à 12h44 - Mis à jour le 14 février 2024 à 17h22

Depuis la mise en oeuvre de la DSP2, les prestataires de services tiers (TPP) critiquent la qualité des API et des parcours bancaires – ce qui a d’ailleurs poussé la Commission européenne à proposer des obligations de performance pour les API des banques dans un projet de règlement pour les services de paiement (RSP). Des récriminations confirmées par une étude menée par le cabinet Frame et soutenue par France Fintech, l’AFEPAME, Bridge, Fintecture, Lyra Collect, Linxo et Powens et dévoilée le 25 janvier 2024. Les données étudiées s’étendent sur 6 mois, de novembre 2022 à mars 2023. 

Si les parcours AIS, pour l’accès aux informations des comptes, sont désormais très satisfaisants – le taux de succès d’accès au compte est de 95 % en moyenne et assez uniforme -, le constat est accablant pour l’initiation de paiement. Le taux de conversion des transactions n’atteint que 44 % sur les 1,36 million de requêtes étudiées. 27 % des demandes sont rejetées et 8,5 % restent dans un statut intermédiaire. Aucune des banques contactées par mind Fintech n’a souhaité commenter les résultats de l’étude. 

“L’étude révèle que compte tenu des taux de conversion actuels, l’initiation de paiement dans un cas d’usage d’achat e-commerce, et la promesse du remplacement de la carte bancaire, est impossible à tenir aujourd’hui, conclut Bertrand Jeannet, CEO de Powens. C’est d’ailleurs pour cela que Powens n’est pas positionné sur ce marché et préfère se concentrer sur des cas d’usage BtoB comme le paiement de factures, de salaires ou de loyers. Cela vient alors remplacer un processus de virements très manuel et même si les taux de conversion sont insuffisants, cela améliore quand même l’existant.”

Pour Olivier Binet, CEO de Bridge, “cette étude montre de grandes disparités entre les banques et met en lumière le fait que les parcours PIS ne fonctionnent pas aussi bien que les parcours cartes. L’objectif est d’attirer l’attention des régulateurs et des banques sur le sujet et de créer une discussion autour de la qualité des API et des parcours,…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

AMF

Les régulateurs priorisent la finance durable et l’innovation pour 2024

L’ACPR va étudier les risques liés au cloud et à l'open banking

mind Fintech Day

Les nouveaux horizons du paiement : ce qu’il faut retenir du mind Fintech Day du 5 décembre 2023

Josy Soussan
Tribune

DSP3/RSP1: une opportunité de réparer le système de paiement européen

Open banking : France Fintech demande à l’UE de pousser les solutions app-to-app

Un tiers des pays dispose d’un programme d’open banking