TEST 15 JOURS

IA générative : comment les rédactions françaises amorcent les premiers usages éditoriaux 

L’Est Républicain, Ouest-France, France Télévisions, TF1, Radio France, Le Parisien, Le Monde, AFP, L'Express, L'Équipe… Avec prudence mais de façon volontariste, de plus en plus de médias s'organisent pour identifier et tester les applications optimales de l'intelligence artificielle appliquée à l’information. mind Media a interrogé une quinzaine d’interlocuteurs au sein de directions éditoriales et techniques pour présenter les visions stratégiques, les organisations de travail et les premières expériences amorcées dans l’Hexagone. 

Par Jean-Michel De Marchi. Publié le 01 mars 2024 à 18h19 - Mis à jour le 08 mars 2024 à 18h15

Après une phase de sidération qui a suivi l’apparition de l’intelligence artificielle générative à l’automne 2022 et leur développement en 2023, les médias tentent de s’emparer de ces nouveaux outils et des promesses de productivité qu’ils offrent pour leurs activités éditoriales. Avec prudence certes, tant l’application sur l’information est sensible et l’impact social potentiellement important : les journalistes et leurs représentants sont parfois méfiants vis-à-vis du sens à donner au journalisme, mais aussi de l’impact sur leur emploi et leurs conditions de travail.

En 2023, les éditeurs d’informations ont été discrets. On peut citer, parmi les très rares dispositifs un peu ambitieux aperçus jusque-là en France, Numerama, qui diffuse depuis fin juin une newsletter, Artificielles, proposant une sélection automatisée d’articles sur l’intelligence artificielle.

Des initiatives voient cependant le jour depuis le dernier trimestre : la plupart des médias mettent en place des protocoles techniques pour indiquer aux fournisseurs d’IA que leurs contenus sont protégés par le droit d’auteur – ils veulent négocier une rémunération pour leur utilisation -, et comme mind Media le révélait vendredi 23 février, Ouest-France et Le Monde ont noué ces derniers mois des partenariats technologiques avec Microsoft. Ils sont en train de se concrétiser avec la mise en place de serveurs dédiés pour leurs premiers tests.

Au niveau rédactionnel, des chartes sont parfois mises en place pour encadrer l’utilisation de l’intelligence artificielle générative (lire notre encadré en fin d’article), perçue comme une opportunité. mind Media a interrogé une quinzaine d’interlocuteurs dans neuf grandes rédactions françaises pour dresser un premier panorama.

Le Monde

La vision stratégique

Le Monde a été le premier grand média français à concevoir et à publier des contenus automatiquement rédigés. C’était en 2015, pour publier les résultats locaux des élections départementales, puis régionales, avec la start-up française Syllabs. Celle-ci a rapidement ensuite travaillé avec d’autres éditeurs comme France Télévisions et Ouest-France. Il s’agissait d’une première application, plus basique, des contenus automatisés. 

Dans son approche de l’IA générative, le Monde souhaite aujourd’hui “garder de la vitalité et de l’innovation, tout en conservant nos fondamentaux journalistiques”, selon Jérôme Fenoglio, directeur du Monde, interrogé par mind Media.

“L’IA générative va sans doute apporter une révolution comparable à celle qu’a été internet pour l’information. Il faut se positionner à la lumière de notre expérience, ajoute-t-il. Ce n’est pas la fin du journalisme, comme on l’avait prédit. Ce sera la même chose pour l’IA générative. Elle est porteuse à la fois de risques et de bénéfices pour les médias. Elle va servir le journalisme, à condition d’être conscient des dangers et des opportunités qu’elle offre. Il faut par ailleurs être vigilant et ferme sur la protection de nos droits sur nos contenus et obtenir gain de cause dans nos discussions avec les plateformes spécialisées.”

La méthode de travail 

La direction du journal a composé avec les organes représentatifs internes pour poser un cadre. A cet effet, une charte a été finalisée en décembre, comme mind Media l’a révélé le 23 janvier. Le document, que mind Media s’est procuré, a été élaboré par la Société des rédacteurs et Jérôme Fenoglio, directeur du Monde et membre du directoire, avant d’être examiné par le comité d’éthique et de déontologie du Monde. 

Le texte s’applique à l’ensemble des titres du groupe Le Monde et a été pensé comme un complément à la charte d’éthique et de déontologie du groupe. Il pose une série de principes : un usage uniquement comme outil d’assistance à la production éditoriale et en aucun cas “pour produire un contenu éditorial ex nihilo”, une supervision par les équipes éditoriales, une mention systématique faite aux lecteurs lors de son utilisation, enfin son interdiction pour la production d’images, sauf exceptions. Très court – il tient en une page -, le texte pose des principes suffisamment larges pour laisser place à l’innovation. 

Les initiatives et projets

Comme mind Media le révélait jeudi 15 février, Le Monde a signé un accord avec Microsoft pour mettre en place sa propre infrastructure sécurisée d’IA générative.…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

[Conférence mind Media Day] 20 mars 2024 - Proximité et confiance dans les médias et la publicité : créer du lien pour créer de la valeur

Analyses Dossiers

20 exemples pour utiliser l’intelligence artificielle générative dans les médias

Analyses Confidentiels

[Info mind Media] IA générative : premiers accords technologiques entre Microsoft et des médias français  

Analyses Confidentiels

[Info mind Media] RSF veut s'appuyer sur l'ACPM pour certifier la fiabilité des médias français

Analyses

2024, année charnière pour 20 Minutes

Analyses

Le Figaro veut développer les abonnements groupés entre Le Figaro et Gala

IA générative : Perplexity lance un podcast d’actualités entièrement automatisé

Analyses

L’Obs mise sur une refonte pour se relancer après des pertes en 2023

Des médias locaux américains rémunérés par Google pour tester un outil d’IA générative 

France Télévisions veut montrer plus de transparence autour de l’information

Analyses

Les six grands enjeux des médias et de la publicité en 2024

Analyses Dossiers

Text-to-speech (2/2) : les éditeurs d'informations dressent un premier bilan satisfaisant

Analyses Dossiers

Text-to-speech (1/2) : les outils s'installent dans le paysage média français