France : Publicis régule le télétravail sans revenir sur ce droit

Alors que son PDG annonçait à l’automne un retour au bureau dans les médias, le groupe de communication Publicis a conclu en décembre un accord qui maintient le rythme existant de deux jours de télétravail par semaine. Le texte, signé majoritairement par les syndicats plus de trois ans et demi après le début du Covid-19, a permis d’apporter un cadre dans un groupe décentralisé et d’octroyer de nouveaux droits aux salariés en situation de handicap, aux aidants ou aux femmes enceintes. La DRH fait le point sur le déploiement, depuis le 1er janvier, pour mind RH.

Par Antoine Piel. Publié le 11 avril 2024 à 15h27 - Mis à jour le 12 avril 2024 à 16h13

En octobre, dans un message adressé à ses salariés qui a beaucoup fait parler, le PDG de Publicis Arthur Sadoun annonçait des restrictions sur le télétravail, avec notamment l’impossibilité de télétravailler deux jours consécutifs et une obligation de présence le lundi. “Depuis ce message, je suis moins populaire, déclarait-il au Figaro TV. Mais si les gens ne sont pas ensemble, il n’y a plus d’innovation et les jeunes ne progressent pas.” La DRH du groupe de communication en France nuance la portée de la déclaration : “Les deux jours de télétravail par semaine étaient plutôt la norme avant l’accord, explique Anne Decouzon à mind RH. Il s’agissait d’une problématique mondiale. Nous étions confrontés, par exemple aux États-Unis, à l’éloignement des salariés par rapport à leur lieu de travail. Publicis ne remettait pas en cause le principe du télétravail mais souhaitait rappeler l’importance du présentiel.…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.