France : comment Cegedim utilise la cooptation pour recruter et fidéliser ses salariés

Le groupe français des services et de la santé Cegedim (6 500 salariés) fait appel à la solution Basile pour combler une partie de son recrutement par la cooptation. Une manière d’améliorer le taux de réussite des embauches mais également de récompenser les collaborateurs, en suivant quelques règles.

Par Antoine Piel. Publié le 14 mars 2024 à 11h05 - Mis à jour le 14 mars 2024 à 16h36

Jusqu’à 2 500 euros donnés à un salarié pour le recrutement d’un autre. C’est la somme que Cegedim est prête à payer à ses collaborateurs pour lui avoir soumis les candidatures adéquates. Qu’est-ce qui a poussé la direction RH de l’entreprise à dépenser de l’argent pour lâcher une partie de sa mission régalienne de recrutement au profit de l’ensemble de son personnel ? Si l’entreprise reconnaît des difficultés d’embauches jusqu’en 2022, ce ne serait plus le cas aujourd’hui : “Il y a des métiers de développeurs ou d’experts de niche pour lesquels le recrutement reste complexe mais globalement, le marché de l’emploi est moins sous tension et il est plus aisé de recruter. », explique la DRH du groupe Anne-Louise Senne. En revanche, Cegedim connaît une forte croissance (6 % en 2022 et 11 % en 2023) qui l’a amenée à réaliser près de 2 000 recrutements l’année dernière.…

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.